Déconstruction versus restauration

La reprise, ce jeudi 6 octobre, des chantiers « bois -charpente marine », a été marquée par la déconstruction du doris Pen-coat, qui malgré son nom (tête de bois) était devenu mou de partout et donc irrécupérable, même pour des actions de com’. Exit donc Pen-coat, « ce bateau qui ne voulait pas flotter » pour reprendre le titre du livre de feu Fraley Mowat, ouvrage désopilant et incontournable de la littérature maritime.

Mais cette journée a aussi été l’occasion de reprendre la rénovation de Jolie-Marion. Ce travail va se poursuivre dès ce samedi 10 octobre, par la finalisation du gréement, c’est-à-dire la finition du mât et des autres espars, l’estimation des longueurs de cordages nécessaires à son gréement dormant et courant, sans oublier la poursuite de la réalisation de l’appareil à gouverner (barre et safran). Rendez-vous pour toutes celles et ceux qui le souhaitent, ce samedi, à partir de 9 heures, au Clion (entrée par le portail, rue de la Basse Cure).

JCLB

20161006_150620r_01 20161006_151054r_01

Photos Patrick Durand

D’emblée la convivialité, et le soleil en sus.

Reprise formelle du chantier de rénovation de Jolie-Marion ce jeudi 6 octobre. Une reprise placée d’emblée sous le signe de la convivialité, chère à « Coques en bois », par un BBQ pris en commun sous le soleil et devant le Hangar à bateaux. Une reprise marquée aussi par le retour parmi nous de notre ami Patrick, parti un temps sous d’autres cieux pour des raisons familiales, et qui d’entrée de jeu s’est mis aux fourneaux ! La restauration de Jolie-Marion va se mener au même rythme que l’an dernier à savoir : le lundi matin, le jeudi toute la journée (avec BBQ le premier jeudi de chaque mois) et le samedi matin. Nulle obligation pour qui veut y participer d’être présent systématiquement à chaque session, la porte est ouverte à qui veut y venir selon ses disponibilités : le planning des travaux à mener faisant office de bosco. Mais le sifflet… de bosco (retenu par une garcette ornée du noeud éponyme) c’est Dominique, ici en bout de tablée, qui le tient…

JCLB

psx_20161006_131202flet psx_20161006_131019

Photos Patrick Durand

Ce n’est qu’un « au revoir »…

Au revoir « Va-pas-trop-vite » et à l’année prochaine ! Ce mardi matin 4 octobre, vers 10 heures, l’ancien crevettier construit au chantier Bouché (anciennement Fortineau) de Pornic en 1933/34, et classé Monument historique, quitte son port d’attache estival pour rejoindre son port d’hivernage, Saint-Nazaire. Un retour à domicile en quelque sorte car le bateau appartient à la Maison de quartier de Kerlédé de Saint-Nazaire. Pour autant les équipiers du VPTV ne vont pas rester les bras ballants durant l’hiver : le démâtage est prévu pour entretien de l’espar au niveau des surfaces de racage des encornats.

Le départ du VPTV signe aussi la fin de la saison estivale puisque renseignements pris auprès du Maître de port, les bouées d’amarrage du Vieux port vont être relevées au plus tard à la fin de ce mois. Les propriétaires des bateaux n’ayant pas de place à l’année vont devoir anticiper l’hivernage de leurs bateaux. Ainsi, « Coques en bois », pour sa part, va devoir mettre à terre Yoyo et Dorade.

JCLB

vptv-depart-04-10-2016