Fière allure !

Pas belle Jolie-Marion, photographiée ce lundi 30 mai par Patrick, à l’heure de l’apéro (voilà pourquoi le chantier semble désert) ? Un couche de vert clair sur chacune de ses joues lui donne déjà fière allure et laisse augurée d’une très belle prestance sur l’eau. Ce jeudi, on lui adjoindra un coup de rouge « coquelicot » (c’est de saison) sur la lice et la préceinte. Et nous sommes toujours en attente de la livraison de l’antifouling. Une attente qui devrait prendre fin ce mercredi car le compte-à-rebours est lancé pour  la mise à l’eau de Jolie-Marion.

JCLB

Proue

Photo : Patrick Durand

Tapons

Tapon : petite pièce de toile ou de bois qui sert à boucher un trou dans une voile ou la coque. Les tapons en cours de fabrication « taylorisée »à l’atelier Coques en bois du Clion sont destinés à cacher les têtes de vis des lattes du pont et du plancher de Jolie-Marion. Le mastiquage de la coque est terminé, place désormais à la peinture…

JCLB

Tapons

Taponnage

Couture du taud pour Dorade

La fabrication du taud pour Dorade vient de reprendre de plus belle avec le retour de Bruno de vacances. Un bonne occasion aussi pour Claude de se familiariser avec la machine à coudre. Un frein installé par Bruno évite désormais un démarrage sur les chapeaux de roues et permet une avancée en douceur des pièces à coudre. Une modification qui devrait permettre une utilisation mieux partagée de la machine.

JCLB

Couture taud Dorade Claude coud

Atelier couture : pause

Nos amies et adhérentes de Coques en bois (Yvette, Mireille, Véro, Françoise et Joelle) ayant oeuvré toutes ces dernières semaines à coudre force sacs et porte-monnaie, lèvent le pied ! Place désormais à la vente lors notamment des événements estivaux, notamment les Rencontres Coques en bois, puisque le but est de faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’association. Merci à elles.

JCLB

Atelier clandestin au Hangar

Mouvements dans le Vieux port

Mardi 23 mai, fin d’après-midi, beau temps avec jolie brise d’Ouest. C’est donc sous le soleil qu’est arrivé « Va-pas-trop-vite », ce toujours fringant crevettier octogénaire construit au chantier Bouché de Pornic et classé monument historique. Propriété de la Maison de quartier de Kerlédé, sur le front de mer de Saint-Nazaire, ce joli cotre vient prendre ses quartiers d’été à Pornic. Pour faire honneur à son ancienneté et son rang, Yoyo lui a libéré le catway pour prendre son mouillage au milieu du Vieux port. Dorade devrait l’y rejoindre quand le vent aura molli… Ces mouvements portuaires préfigurent d’ores-et-déjà les Rencontres Coques-en-bois des 18 et 19 juin prochain.

JCLB

Yoyo & Va-pas-trop-vite

Photo : Jean-Michel Dampierre

Barre et safran

Ce samedi matin 21 mai, les deux Jacques (qui ne sont pas frères) ont entrepris la préparation de la mise en place de l’appareil à gouverner de Jolie-Marion (barre franche et safran). Objet de cette manipulation : détermination de l’angle de barre par rapport au plat bord (pour l’esthétisme) et du pont (pour l’ergonomie). Les deux aspects réunis formant une techno-esthétique, indispensable à réussir pour que Jolie-Marion soit réellement jolie et puisse être joliment barrée.

JCLB

Essais safran

La preuve par vert

Vue sous une lumière plus tamisée, la coque de Jolie-Marion apparaît bien vert clair.  Une couleur susceptible de s’assombrir un peu plus lors de la seconde couche. A noter que l’étrave est bien verte et non blanche comme le laisse croire le cliché ci-dessous. Ce lundi 23 mai, la finition du côté tribord devrait intervenir dès lors que l’échafaudage qui longe la coque aura été éloigné pour permettre l’accès aux coutures qui n’ont pas encore reçu de blious.

JCLB

Jolie-Marion vert clair

Première couche de vert

Quand la coque d’un bateau prend des couleurs, c’est plutôt bon signe ! C’est ce qui arrive à Jolie-Marion, désormais en partie parée de vert clair. Une peinture préparée et offerte par notre ami Michel Quélleuc, ancien peintre artisan et propriétaire d’Armen V centenaire sloup de croisière, construit au chantier Bouché de Pornic (et adhérent de Coques en bois !). Bon d’accord, la couleur n’est guère perceptible sur cette photo. La faute au reflet, qui conjugué à la médiocre qualité de l’objectif, rend une mauvaise colorimétrie ; mais promis, juré, la coque de Jolie-Marion est bien vert clair. A l’identique, ou presque, de celle de Yoyo. Reste à finaliser le mastiquage du côté babord, puis poursuivre la peinture des hauts et passer l’antifouling sur la carène. Tout ceci devrait se faire semaine 21. Par ailleurs, Jacques poursuit la fabrication de la barre franche (anciennement appelée timon). Jolie-Marion se prépare donc pour se montrer sous ses plus beaux atours à l’occasion des Rencontres Coques en bois du week-end des 18 et 19 juin prochain.
JCLB

Peinture Jolie-Marion

B comme blious

Le blious, qui s’écrit aussi quelque fois blioust, est un terme vernaculaire de Bretagne-sud qui désigne un « savant » mélange de mastic de vitrier, d’huile de lin et de minium dans lequel on peut y ajouter des rognure de bitord et du siccatif.  Cette pâte onctueuse est ensuite appliqué sur les coutures, au couteau à mastiquer, en veillant à respecter un léger retrait afin que lorsque le bateau est à l’eau et que ses bordés gonflent, ils ne  chassent pas une partie du blious, et rendent aussi  la coque disgracieuse… C’est à cette tâche, dernière étape du calfatage, que s’est attelée une partie des « Jolie-Marion ». Le travail devrait être terminé très prochainement. Ensuite, place à la peinture de la coque…. Rouge et verte, comme Yoyo, visible dans le Vieux port.

JCLB

Photo 1: Je an-Yves triturant le blious, comme une pâte à gâteau. En 1968, Marcel Cariou, charpentier de marine de Loctudy, dans le Sud-Finistère, avait inventé une machine spéciale qui lui valu des commandes de blious de la Marine Nationale, après qu’il eu arrêté son activité « bois ». Source : « Les charpentiers de la mer » de Noëlle Cousinier, Editions Ouest-France (1992).

Photo 2 : application du blious sur les coutures de « Jolie-Marion »Blious Mastiquage

Les « Coques en bois » en fête en Vilaine

Depuis le 2 mai, et jusqu’au 7, les « Coques en bois » participent à « Vilaine en fête » qui, tous les deux ans (en alternance avec la Semaine du golfe) accueille les bateaux traditionnels. Une fête à dimension humaine basée sur la convivialité et l’échange. Un événement qui offre aussi ses particularités comme les amarrage en « marguerite » (bateaux en cercle sur une tonne) ou, comme sur ces photos, à « la morbihannaise », à Redon, touche-touche et à brouter l’herbe de la berge…

JCLB

Sur la  première photo : le Saint-Gildas avec sur son tribord Pilikant et sur son babord un Béluga, « passerelle » pour mettre pied à terre.

Sur la seconde photo : Loriot, entre Gwalarn, sur son tribord, et Francesca (sister-ship de Jolie-Marion), sur son babord.

photos : Joëlle Edeb

IMG_0642 IMG_0641