Irremplaçable SNSM !

La SNSM a besoin du soutien de chacun d’entre nous. L’épisode que vient de vivre Belote et Re (lire ci-dessous) rappelle le rôle fondamental et irremplaçable de la SNSM et de ses bénévoles. On peut penser que chaque propriétaire de bateaux est donateur de l’association, mais les particuliers peuvent aussi être contributeurs. Pour sa part Coques en bois vient de verser 100 euros. Vos chèques peuvent être adressés à « Station SNSM de Pornic – Pays de Retz », BP N° 1407, 44214 Pornic.

 

Photo0941

Dorade, son taud.

Bien que Bruno soit toujours en vacances, les préparatifs pour la confection du taud pour Dorade avancent. Ce jeudi, Claude a découpé des bandes de bâches de 30 cm de large, qui une fois pliées en deux seront cousues sur le dessus du taud. Elles épouseront la lisse du bateau et seront fixées sur les crochets qui longent la coque, rendant ainsi le bateau étanche aux pluies.

Photo0943

Doris à roulettes !

« Pen coat » retrouve une seconde vie. Ce petit doris, offert à Coques en bois il y a maintenant trois ans par Stéphane, moniteur du Club nautique de Pornic est malheureusement inutilisable sur l’eau en raison de son instabilité chronique. En effet son étroitesse et son manque de bouchin en fait un véritable « perd-la-vie ». Plutôt que de le laisser dépérir à l’air libre au Clion, il vient de rejoindre le Hangar à bateau et de trouver une excellente stabilité : ses quatre roulettes le rendent inchavirable… sur terre. Gréé il pourra servir de totem à chacune des animations se déroulant au Hangar à bateaux et être facilement déplacé au Vieux port lors des événements maritimes de Coques en bois ou d’autres associations. Un excellent artefact pour rappeler que Pornic fut port morutier entre 15152 et 1739. Lire à ce propos l’article de notre ami Gilles Fortineau dans le Bulletin hors-série de la Société des Historiens du Pays de Retz publié en 2012.

(En fond sur la photo, un dériveur de 1950, en CP, qui vient de nous être offert tout équipé et avec sa remorque. Il nécessite toutefois une légère rénovation).

Doris au Hangar

Belote et Re, le retour.

Ce mercredi 23 mars marque le retour de Belote et Re, après près de six mois d’escale forcée à Belle-Ile et une semaine de carénage à La Turballe. Mais le sort s’acharne sur lui. S’il a pu venir sous voiles (à plus de 7 nœuds) jusqu’au niveau de la Pierre du chenal, c’est avec le secours de la SNS200 Pays de Retz, et à couple d’elle, qu’il est rentré au port car en avarie de moteur depuis le mitant de l’estuaire. La manœuvre d’accostage au Vieux port a pu être menée sans encombre avec l’appui du bateau-pousseur du nouveau port, du zodiac du port de Gourmalon et du chalutier Le Réfléchis qui restait paré à toute éventualité. Thierry, le propriétaire de Belote et Re, a pu apprécier la solidarité des Gens de mer et l’entregent de l’association Coques en bois.

Belote & vedette SNSM IMG_0544 IMG_0542 IMG_0549

Produits dérivés : atelier clandestin

 

C’est ainsi qu’elles nomment leur rencontre hebdomadaire. Elles ? Mireille, Véro, Yvette (l’hôtesse) et Joëlle (la photographe). Atelier qui n’a donc de clandestin que le nom puisqu’il qu’il vise à réaliser des produits dérivés en vue des animations estivales organisées par Coques en bois afin d’accroître les recettes de l’association. Celles-ci sont indispensables pour couvrir à la fois les frais de places de port, d’entretien et de restauration de la flottille CEB : Anelor, Yoyo, Dorade et Jolie-Marion. Quand les températures seront plus élevées, cet atelier pourra avoir pignon sur rue, en l’occurrence celle du Canal. Le Hangar à bateaux deviendra alors le lieu idéal pour la poursuite de cette activité et aussi pour affirmer la mixité de l’association !

Atelier produits dérivés

Yoyo au Vieux Port

Depuis ce dimanche 20 mars, et pour marquer le premier jour du printemps, Yoyo flotte au Vieux Port. Dischivel, le canot breton de notre ami Landry a pris Yoyo en remorque. Comme il se trouvait également sur la cale de Gourmalon pour quelques travaux, son retour au catway a créé l’opportunité de mener à bien cette opération au moment de la pleine mer. Yoyo est pour le moment à couple de Loriot.

Reste à le mater et à finaliser son armement dans les jours qui viennent.

jclb – 21/03

D’autres photos disponibles sur  https://goo.gl/photos/gETMJoRcBdVb1i1EA

IMG_0516        Photo0936_001

André-Yvette à La Noéveillard

Ce vendredi 18 mars, une nouvelle fois, l’André-Yvette, la gabare de l’Iroise, de l’association départementale des pupilles de l’enseignement public du Morbihan est venue à Pornic pour embarquer du sel. Ce faisant elle répond à la fois à la demande de Stéphane Guichen, paludier de Beauvoir pour transporter son sel jusqu’à Morlaix et elle offre ainsi un objectif de navigation aux « jeunes en rupture » qui compose en partie son équipage, aux côté d’un trio de marins professionnels. Informée par Stéphane Guichen de son arrivée à Pornic en fin de matinée de ce vendredi, Coques en bois a pu souhaiter la bienvenue à l’André-Yvette et l’inviter à revenir en juin prochain pour les « Rencontres Coques en bois », d’autant que les hauteurs d’eau permettraient de l’accueillir dans le Vieux port. L’André-Yvette a quitté Pornic dès le samedi matin, un peu avant 10 heures.

andre-yvette      André-Yvette2

Jolie-Marion : du mat et du pont !

Jacques a entrepris le raboutage du mat avec deux madriers de mélèze. La technique ? Réaliser des scarfs, c’est-à-dire biseauter les parties à encoller sur une longueur égale à environs dix fois leur épaisseur, puis bien aligner les parties et les maintenir à l’aide de nombreux serre-joints. Et Christian et Pierre rabotaient les lames de pont, dont certaines sont déjà en place et dont Dominique (un autre Dominique) fignolait la finition en masquant les logements de vis par des tapons qui seront par la suite coupés au ras du pont, avant un ponçage final de l’ensemble. Et pendant ce temps, Jacques (un autre Jacques) recevait les conseils de Dominique pour ajuster la lice sur l’étrave.

JCLB

Photo0909      Photo0923

 

Photo0918    Dominique B

Histoires de moteurs

Moteur (1). La motorisation de Jolie-Marion se précise. Le moteur récupéré sur « Barbet », canot turbalais, va servir de référence avec l’adjonction de pièces en provenance du moteur de « Si Jamais », voire d’ailleurs. Ici Daniel et Dominique changent les silent-block.

Moteur Jolie-Marion

Moteur (2). Contrairement à ce que nous avions écrit dans une précédente brève, et après plusieurs avis et consultation de la littérature, il ne sera pas fait de puit pour Yoyo pour y placer le moteur. Mais une chaise, généreusement donnée par Dominique, sera vissée sur le tableau arrière. Celle-ci étant amovible, le moteur pourra être enlevé après chaque sortie pour être entreposé au Hangar à bateaux à l’aide d’une carriole, toujours offerte par Dominique.

Moteur Yoyo

Dorade : retour au Vieux port.

 

Après avoir séjourné près d’une quinzaine de jours sur le sable de l’Anse aux lapins pour le plus grand bonheur des riverains, Dorade vient de retrouver son logement le long du catway du Vieux port. L’objet de cet échouage était de prendre les mesures du taud qui doit prochainement la protéger de la pluie. Bruno, est absent pour trois semaines. La couture reprendra donc à son retour. Cette seconde navigation, avec un équipage nombreux et en partie renouvelé a permis d’apprécier les qualités nautiques de Dorade : équilibre de la carène et bonne pénétration dans l’eau. Reste à tous les équipiers et équipières à apprendre le maniement cadencé des avirons… puis celui, sans doute plus facile, des voiles au tiers !

JCLB – 16/03

Dorade anse aux lapins       Embarquement

Nav' de retour       Arrivée au catway